Norman Parkinson : toujours en vogue - Musée McCord Stewart

Exposition de photographies

Jusqu'au 2 septembre 2024

Norman Parkinson : toujours en vogue

En première nord-américaine

Considéré comme l’un des piliers de la photographie de mode au 20e siècle, Norman Parkinson éblouit le monde par son inventivité étincelante, des années 1930 aux années 1980. Il donne une nouvelle impulsion au portrait de célébrités, photographiant les artistes et les personnalités les plus en vue, dont Audrey Hepburn, Jerry Hall, David Bowie, The Rolling Stones ou encore Jane Birkin. Sa longue association avec Vogue et ses nombreux travaux pour Harper’s Bazaar, Queen, Town & Country et d’autres magazines internationaux lui valent une reconnaissance mondiale.

Célèbre pour la vivacité, la spontanéité et l’humour de ses photographies, ainsi que pour son utilisation de lieux extérieurs, partout à travers le monde, le photographe britannique a contribué à changer l’approche statique et posée de la photographie de mode grâce à son style impulsif et imaginatif.

L’exposition présente 79 des photographies les plus emblématiques de Norman Parkinson, dont des découvertes récentes issues de son remarquable portfolio d’images, ainsi qu’une sélection de 56 couvertures de grands magazines qu’il a signées entre les années 1950 et 1970. Plusieurs pièces magnifiques provenant de la collection Costume, mode et textiles du Musée McCord Stewart sont également présentées : 10 robes et ensembles haut de gamme réalisés entre les années 1930 et 1970 par les créateurs français Christian Dior, Jacques Griffe, Jean Patou, Louis Féraud et Guy Laroche, l’Italien André Laug et les Britanniques Digby Morton et Hardy Amies, ainsi que 4 créations des chapelières québécoises Fanny Graddon et Yvette Brillon.

  • Norman Parkinson et Nena von Schlebrügge, <em>Queen</em> (couverture), 16 février 1960 © Iconic Images / Fonds d’archives Norman Parkinson 2024
  • « Young Velvets, Young Prices, Hat Fashions », Vogue américain, Octobre 1949 © Iconic Images / Fonds d’archives Norman Parkinson 2024
  • Audrey Hepburn (1929-1993), photographiée à La Vigna, villa de Audrey Hepburn près de Rome, <em>Glamour</em>, Décembre 1955 © Iconic Images / Fonds d’archives Norman Parkinson 2024

L’exposition, qui a été accueillie par le National Portrait Gallery à Londres et le Centro Cultural de Cascais au Portugal, est placée sous le commissariat de Terence Pepper (OBE) et le co-commissariat de Iconic Images. 

5 choses à savoir

Sortir des studios... et des conventions

Dès le début de sa carrière, Norman Parkinson s’est fait connaître par son style non conventionnel. Privilégiant le plein air plutôt que l’environnement contraint et formel d’un studio de photographie, il mettait en scène ses modèles en mouvement dans de somptueux décors extérieurs, à travers le monde. La photographie de 1939 du mannequin Pamela Minchin, prise en plein vol dans un maillot de bain de Fortnum & Mason sur l’île de Wight (Angleterre) pour Harper’s Bazaar, illustre cet intérêt pour la spontanéité.

Il déclarait à propos de cette image : « C’est en retirant cette photographie de la cuvette que j’ai su que je serais photographe pour le reste de ma vie. J’étais complètement ébloui par sa magie. »

  • Pamela Minchin, <i>Harper’s Bazaar</i>, Juillet 1939 © Iconic Images / Fonds d’archives Norman Parkinson 2024

Rêver en couleurs

Figurant parmi les premiers photographes de mode à intégrer la couleur dans sa pratique, une grande révolution dans le milieu de la mode et de la publicité, il affirmait : « Je rêve en couleurs… et quand l’on rêve en couleurs… il faut photographier en couleurs. »

  • Raquel Welch, <i>Vogue</i> américain, 1967 © Iconic Images / Fonds d’archives Norman Parkinson 2024

Des dizaines de couvertures Vogue (britannique et américain)

Norman Parkinson compte à son actif plusieurs dizaines de couvertures pour les magazines Vogue britannique et américain, dont la première datant de 1949 et mettant en scène sa muse et épouse, Wenda Parkinson, qui devient l’une des principales mannequins de l’époque. Le style dynamique du photographe a attiré l’attention des magazines les plus prestigieux, dont Harper’s Bazaar, Vogue (britannique et américain), Town & Country, Queen et Vanity Fair, lui apportant une reconnaissance internationale.

  • Wenda Parkinson, Hyde Park Corner, <i>Vogue</i> britannique, Février 1951 © Iconic Images / Fonds d’archives Norman Parkinson 2024

6 décennies d'effervescence et des centaines de photographies

On attribue une grande partie de la pérennité du succès de Norman Parkinson à sa capacité à réinventer son style au gré des tendances et des décennies, et à conserver sa réputation malgré l’émergence de nouvelles générations de jeunes photographes et mannequins. Pendant six décennies, des centaines de ses photographies figurent dans les plus grands magazines de mode.

Dans les années 1980, Parkinson se voit décerner le titre de Commandeur de l’Ordre de l’Empire britannique par la reine Elizabeth II. Il photographie la famille royale en public et en privé, et crée une série de portraits qui seront présentés dans une rétrospective organisée par la National Portrait Gallery de Londres.

Des mannequins de renom aux actrices et acteurs parmi les plus influents de leur génération, en passant par les têtes couronnées d’Europe, Norman Parkinson aura immortalisé nombre de personnalités les plus célèbres du 20e siècle. Il s’éteindra en février 1990 à Singapour, après avoir réalisé une dernière séance de photographie en Malaisie quelques jours plus tôt.

Pseudonyme professionnel

Ronald William Parkinson Smith naît le 21 avril 1913 à Londres. Il fréquente l’école Westminster, où il développe un intérêt pour l’art. Au terme de ses études, il devient l’apprenti du photographe londonien Richard N. Speaight, qui lui permet de maîtriser les rudiments de la photographie. En 1934, avec un autre jeune photographe nommé Norman Kibblewhite, il ouvre son propre studio sur la rue Dover, en face de l’hôtel Ritz. Les deux artistes combinent leurs noms pour créer leur pseudonyme professionnel et, même si le partenariat avec Kibblewhite se dissout rapidement, Parkinson décide d’en garder le nom.

Remerciements

Le Musée tient à remercier son équipe et toutes les personnes qui, de près ou de loin, ont contribué à la réalisation de cette exposition.

Commissariat
Terence Pepper OBE, commissaire

Gestion de projet
Caroline Truchon, chargée de projets, Expositions

Conservation
Zoë Tousignant, conservatrice, Photographie
Alexis Walker, conservatrice adjointe, Costume, mode et textiles

Scénographie et design graphique
Stéfanie Vermeersch

Rédaction du parcours famille
Valérie Dezelak


Équipe du Musée

Expositions
John Gouws, technicien en chef, Expositions
Mélissa Jacques, technicienne, Expositions
Olivier LeBlanc-Roy, technicien, Expositions
Patrick Migneault, technicien, Expositions

Restauration
Sonia Kata, restauratrice
Caroline Bourgeois, adjointe, Restauration
Amélia Desjardins, technicienne en restauration
Caterina Florio, cheffe, Restauration
Denis Plourde, adjoint, Restauration

Gestion des collections et diffusion numérique
Karine Rousseau, cheffe adjointe, Gestion des collections
Camille Deshaies-Forget, adjointe, Gestion des collections
Anne-Frédérique Beaulieu-Plamondon, coordonnatrice, Diffusion numérique, Collections et expositions
Laura Dumitriu, photographe

Action éducative, citoyenne et culturelle
Leila Afriat, chargée de projets, Relations avec les communautés, Action éducative, citoyenne et culturelle
Elysa Lachapelle, chargée de projets, Action éducative, citoyenne et culturelle
L’équipe de médiation culturelle

Marketing, communications et expérience de visite
Catherine Morellon, cheffe, Communications

Fondation
Pierre Poirier, conseiller principal, Campagne annuelle et dons planifiés
Minh Bui, conseillère, Événements collecte de fonds


Équipe externe

Révision et traduction
Pascale Guertin
Judith Terry

Conception d’éclairage
LightFactor

Production graphique
Graphiscan

Transport des objets
Cargolution

Installation
Exotech Installations

Peinture
René Gauthier


Terence Pepper et Iconic Images souhaitent remercier Clare Freestone, Aris Kourkoumelis, Grace Lee, Imogen Lyons, Metro Imaging, Elizabeth Smith et Harriet Wilson à Condé Nast Publications Limited pour leur appui et collaboration dans le cadre de la préparation de cette exposition.

À ne pas manquer

ce que l'on en dit

« L’exposition constitue une magnifique rétrospective des œuvres photographiques de mode de Norman Parkinson. » Véronique Morinville – Mattv.ca
« Toujours en vogue, dit le titre de l’expo. En effet! » Claudes Deschênes – Avenues.ca
Une exposition de Iconic Images / Fonds d'archives Norman Parkinson 2024 en association avec Terra Esplêndida et le Musée McCord Stewart
L’exposition au Musée McCord Stewart est présentée par Holt Renfrew Ogilvy
Merci à nos partenaires
Tourisme Montreal - logo mccord_conseil-des-arts-de-montreal_CAM_logo-70px

Faites partie des initié·e·s!

Abonnez-vous à l'infolettre pour connaître en primeur les expositions et les rendez-vous culturels au programme.

S'abonner

À ne pas manquer